Réflexions sur le mode multijoueur The Last of Us

TheLastofUs_feature

Il y a un peu plus d'un an, quelques semaines avant le lancement de The Last of Us sur Playstation 3, l'attente du nouveau titre de Naughty Dog et son premier pas dans toute la génération en dehors de la franchise Uncharted était capital. Pourrais-je survivre au battage? Serait-il à la hauteur des aventures de Nathan Drake?

Maintenant, quelques jours après le lancement du version remasterisée du titre pour Playstation 4 tout cela est déjà plus que répondu et la presse et, plus important encore, le public, ont clairement indiqué que The Last of Us est l'un des jeux de la génération. Et c'est sans rien inventer de nouveau, faire très bien ce qui est proposé (non sans imperfections, œil) et faire un pas en avant en termes de maturité dans le récit, au-delà des tonalités profondes et philosophiques qui film récent Christopher Nolan; Il est possible que Joel et Ellie soient l'un des protagonistes les plus crédibles et humains que nous ayons rencontrés tout au long de l'histoire du jeu vidéo et c'est là, dans leur relation, que réside le succès de The Last of Us.

Mais revenons au passé et, plus précisément, quelques semaines avant que le jeu n'arrive dans les magasins, nous nous sommes retrouvés dans une ignorance totale de ce que le jeu Naughty Dog avait à offrir dans son côté multijoueur. Compte tenu du secret et des données très rares que nous avons trouvées sur cette partie du jeu, nous sommes nombreux à penser que ce ne serait rien de plus qu'une section multijoueur purement en face à face, sans aucune ambition ou objectif au-delà de l'embellissement et de l'emballage du tout. . Mais il y avait Nate Wells, l'un des principaux responsables de l'étude (pas du jeu, cette fois) pour affirmer que «le multijoueur de The Last of Us allait être le meilleur de l'histoire». De toute évidence, les attentes ont monté en flèche et les doutes se sont multipliés à parts égales.

le-dernier-de-nous-multijoueur_05

A l'époque, bien sûr, j'ai apprécié la campagne de The Last of Us mais, au contraire et en raison d'une bonne montagne de jeux en attente qui est toujours en vie, je n'ai même pas essayé son mode multijoueur appelé Factions Je n'ai pas non plus acquis par la suite l'extension centrée sur Ellie et son histoire avant TLOU, Left Behind. Maintenant, en version remasterisée, j'ai pu profiter du super petit DLC axé sur l'histoire et, en plus, j'ai été immergé dans le mode Factions pendant une heure ou une autre; assez pour savoir ça Je suis face au multijoueur qui a généré des sentiments plus disparates et confrontés. Mais, avant d'entrer dans la matière, pour les impatients: ce n'est pas, ni ne se rapproche d'être le meilleur multijoueur de l'histoire.

Il est en tout cas louable de l'effort de l'étude pour se différencier de la majorité dans son aspect concurrentiel. Mais c'est ici, où Naughty Dog tente de se retirer à la recherche de la différenciation, quand ils reculent.. Le contexte que l'étude entend donner à un multijoueur classique (deux équipes se battent pour des objectifs différents dans trois modes différents) en est une partie, à mon avis, totalement dispensable. Pour commencer, quand on lance ledit mode pour la première fois, ils sont obligés de choisir leur camp entre les Chasseurs et les Lucioles; décision qui, au-delà de simples détails superficiels, n'a aucune implication en termes jouables ultérieurement.

Une fois que nous aurons fait notre choix, nous vérifierons que chaque jeu auquel nous jouerons sera équivalent à un jour par semaine qui, bien sûr, se terminera après sept matchs. Ce sera à chacun de ces jours / jeux où nous devrons nous concentrer sur l'obtention de pièces et de fournitures (50 parties égales 1 approvisionnement) qui, une fois le jeu terminé et quelle que soit notre victoire ou notre défaite, augmenteront la population de notre clan. et ils serviront pour que, si nous atteignons le nombre cible, il ne tombe pas malade.

Laissant de côté le contexte que le mode Factions est censé être donné et en se concentrant sur le jouable, on se rend vite compte que le travail de Naughty Dog à cet égard est impeccable car, grâce à un contrôle extrêmement raffiné, une sélection d'armes bien équilibrées et différenciées (ceci, bien que logique, est généralement le principal défaut dans de nombreux modes de compétition) et un rythme et une approche beaucoup plus tranquilles, plutôt que lents, que ceux du Most d'entre eux savent donner beaucoup de personnalité aux modes compétitifs de TLOU.

Il va falloir jouer en équipe, être prudent à l'extrême et très bien gérer nos (quelques) ressources pour pouvoir mener le cric à l'eau dans chaque jeu des trois modes qui, là encore, n'inventent pas la roue mais fonctionnent parfaitement et que, oui, ils peuvent être un peu rares. Quant aux cartes, elles pourraient être mieux exploitées en ajoutant plus de verticalité mais le niveau de celles-ci, en général, est remarquable à la fois dans le détail et, surtout, dans la conception et la planification.

Une autre des forces du mode Factions est la personnalisation et le choix des différentes classes de joueurs que nous voulons utiliser: nous en avons plusieurs prédéfinis mais aussi, plus recommandés, nous pouvons en créer un à notre guise, en respectant la limite des points d'équipement que nous pouvons également augmenter au fur et à mesure que nous nous approvisionnons. Chacune des armes ou capacités (avec des versions améliorées à débloquer) a un coût en points qui limite nos décisions, donc si, par exemple, nous passons 4 des 11 disponibles sur un fusil silencieux, nous devrons être un peu plus conservateur au moment de choisir les compétences. Mais attention, voici les courbes, toutes ne sont pas déverrouillables grâce à des heures de jeu et de collecte de fournitures, mais certaines, assez utiles en général, ne sont accessibles que si nous allons à la caisse et payons leur prix en euros (ils vont de 0,99 , 1,99 € à XNUMX €) et il en va de même pour quelques armes comme le lance-flammes ou le spectre.

ihlN6QPlXEISx

Il est, sans aucune hésitation, honteux qu'après le déboursement de 50 € (PPC de la version remasterisée) pour une édition qui inclut certains DLC de l'aspect multijoueur, l'accès aux avantages et aux armes soit restreint, la plupart étant plus déstabilisants que ceux disponibles avec paiement et qui, lors de son lancement sur Playstation 3, ont été intégrés dans les packs de cartes. Ce serait très différent, logiquement, si on parlait d'un titre free2play Rien ne pouvait être plus loin de la vérité. Aux 50 € de la version pour Playstation 4 (qui, je le répète, comprend du contenu téléchargeable pour le mode en ligne) il faudrait ajouter 15 euros supplémentaires pour pouvoir profiter de tout le contenu inclus dans le mode Factions (sans compter ici contenu purement esthétique comme des chapeaux ou des masques). Une chose est claire: ce n'est pas ainsi que vous créez un multijoueur équilibré et compétitif ou, bien sûr, «le meilleur qui soit».

Je pense qu'il est nécessaire de réfléchir sur ce point puisqu'il est toujours curieux de trouver constamment des nouvelles sur l'incursion des micropaiements dans certains jeux mais, jusqu'à aujourd'hui, je n'étais pas au courant que l'aspect multijoueur de The Last of Us les incluait. Je le répète: nous ne parlons pas d'un paiement en monnaie réelle pour sauter le processus de déverrouillage, mais plutôt que nous sommes confrontés à des avantages que seuls ceux qui paient le prix correspondant accèdent.

Et c'est une honte capitale puisque, comme je l'écris plus haut, dans le purement jouable, dans l'approche des jeux et de leurs mécaniques, le mode compétitif de The Last of Us sait convaincre le joueur. Il sait attirer par un rythme beaucoup plus lent dans la poursuite d'une stratégie beaucoup plus grande, il sait jouer avec cette rareté des ressources pour donner à chaque instant de l'émotion et, bref, il sait exposer des mécanismes convaincants et attractifs. Dommage qu'il soit notamment éclipsé par des éléments superficiels comme un packaging peu intuitif qui n'ajoute aucune valeur à l'ensemble et certaines décisions de conception d'améliorations et de progression qui, sans aucun doute, jouent contre lui.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Un commentaire, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Lautaro dit

    Absolument d'accord avec tout ce qui a été dit.